Contact no 16 - Déc. 2002 - Page 13

Toulouse - St Louis du Sénégal
Un rallye de légende

Après Robert Lagarrigue et Chrystel Nadeau en 2000, et avant eux Mermoz, Guillaumet, Saint Exupéry…, François Klein et José Menendez se sont attaqués à leur tour à cette aventure unique, qui de Toulouse à Saint Louis du Sénégal sur plus de 10.000km et 50 heures de vol leur aura permis du 29/9 au 12/10/02 de découvrir l’itinéraire et les escales de l’Aéropostale.

Une moyenne d’âge plus « mûre » n’a pas empêché nos deux représentants de porter haut et loin l’image de notre Club à bord de XV baptisé « Ville d’Alençon » spécialement préparé pour cette occasion. Un pilote chevronné, doublé d’un «débutant» n’ayant obtenu sa licence que quelques mois avant le départ, ont composé l’un des équipages les plus remarqués du Rallye, qui, pour une première participation, ont figuré à la 19è place sur 26 du classement.

Résumer en quelques lignes et surtout sans images une expérience aussi riche est impossible, aussi faut-il mentionner certains passages mémorables et tout aussi surprenants les uns que les autres.

L’ambiance du départ depuis Montaudran d’où partaient les Bréguet XIV de l’Aéropostale 70 ans auparavant. La tension de la première étape avec ses épreuves de visualisation et temps imposé, avant de se soumettre à la navigation dwwwwmélicate aux abords de Barcelone et d’Alicante. La traversée de la Méditerranée en tenue de survie avec la découverte de Gibraltar et l’approche sur le Maroc par Tanger. L’escale à Casablanca dans un autre monde et toujours avec les mêmes contraintes d’un vol privé en VFR (ravitaillement essence et météo).

Le climat et le paysage changent alors pour atteindre Agadir en longeant une côte sauvage, et se poser à Cap Juby sur la piste de l’époque dans un cadre inchangé depuis l’Aéropostale. L’approche du désert après Laayoune pour découvrir l’immensité de sable et de montagne jusqu’à Atar en Mauritanie dans le décor de Fort Saganne.. Puis la récompense…l’arrivée à Saint Louis sur ce terrain mythique avant de profiter d’un repos à l’Hôtel de la Poste, encore imprégné des souvenirs de la Ligne et de la présence de Mermoz. Le retour fut aussi passionnant malgré une dégradation météo lors du ralliement à Toulouse.

Aventure donc, mais aux risques mesurés, grâce à une excellente organisation. La pratique quotidienne de toutes les techniques de pilotage et de navigation est une excellente école, qui permet de mieux en apprécier la maîtrise. Merci aux instructeurs, disait José, qui n’en avait jamais autant fait. Quant à François sa connaissance du milieu aéronautique et son ancienneté dans la pratique du pilotage lui ont fourni de nombreuses occasions de retrouver des amis ou de partager avec d’autres concurrents des souvenir de …pilotes.

Gageons que l’attrait d’une telle aventure donnera des idées à d’autres membres de notre Club et que le défi sera relevé prochainement.

José MENENDEZ